20137597   - Film réalisé par : William Friedkin;


   - Casting : - Matthew McConaughey ( Killer Joe );

                   - Emile Hirsch ( Chris Smith );

                   - Juno Temple ( Dottie Smith );

                   - Thomas Haden Church ( Ansel );

                   - Gina Gershon ( Sharla Smith );

                   - Marc Macaulay ( Digger Soames ) ...;


   - Sorti le : 05 Septembre 2012;

   - Genre : Thriller, Drame, Policier;

   - Nationalité : Américain;

   - Durée : 1h42;

 ( Film interdit aux moins de 12 ans )

 

 

   - Synopsis : Chris, 22 ans, minable dealer de son état, doit trouver 6 000 dollars ou on ne donnera pas cher de sa peau. Une lueur d’espoir germe dans son esprit lorsque se présente à lui une arnaque à l’assurance vie. Celle que sa crapule de mère a contractée pour 50 000 dollars. Mais qui va se charger du sale boulot ? Killer Joe est appelé à la rescousse. Flic le jour, tueur à gages la nuit, il pourrait être la solution au problème. Seul hic : il se fait payer d’avance, ce qui n’est clairement pas une option pour Chris qui n’a pas un sou en poche. Chris tente de négocier mais Killer Joe refuse d’aller plus loin. Il a des principes…jusqu’à ce qu’il rencontre Dottie, la charmante sœur de Chris. Alors Killer Joe veut bien qu’on le paye sur le fric de l’assurance si on le laisse jouer avec Dottie.

 

 

 


 

 

- Critique :

 

 

Présenté en 2011 à la 68ème Mostra de Venise, « Killer Joe » marque le retour de William Friedkin derrière la caméra, le réalisateur ayant entre autres traumatisé les cinéphiles en 1973 avec « L’exorciste ». Un retour en bonne et due forme ou une œuvre futile ?

 

20161780

 

Sous fond d’une certaine ironie noire et grinçante, « Killer Joe » nous emmène dans un gouffre psychologique très virulent. D’abord surpris par la simplicité et l’efficacité du générique, qui n’est pas sans rappeler un cinéma des 70’s, le spectateur est immédiatement plongé au cœur du film et plus particulièrement dans ce décor passionnant et dense sur le plan cinématographique. En effet, ce paysage n’est autre que la Nouvelle-Orléans, ville déjà mise en avant dans des films comme « Bad Lieutenant » par exemple. Un environnement chaud utilisé avec une certaine minutie et qui offre au film un esthétisme à la fois admirable tout en étant inquiétant. Une trame de départ plutôt ambitieuse voire choquante à savoir l’histoire d’un dealer engageant un tueur à gages afin d’assassiner sa propre mère dont l’assurance vie lui permettrait de rembourser ses dettes, le tout avec la complicité de son père, sa sœur et sa belle-mère. Au casting, nous retrouvons des acteurs - des prodiges n’ayons pas peur des mots - dirigés avec virtuosité. Matthew McConaughey y interprète ce Killer Joe et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa prestation mérite des sincères éloges ! De par son charisme ravageur, il réussit en un clignement de paupière à séduire le spectateur fasciné et troublé par son personnage. C’est là toute la réussite du film à savoir qu’à aucun moment, il nous est possible de déceler si nous avons en face de nous le roi des manipulateurs ou un tueur à gages tout ce qu’il y a de plus « honnête ». Nous vous invitons fortement à découvrir cette réponse en salle le plus rapidement possible. Mais la plus grande révélation du film reste Thomas Haden Church, une perle rare du cinéma Américain qui mériterait davantage de rôles tellement les expressions chez cet acteur sont bouleversants. Un jeu qui jongle entre brutalité et émotion : Une puissance authentique ! A retenir également Juno Temple qui campe un personnage de jeune fille sulfureuse et naïve sans tomber dans la surenchère indigeste ainsi qu’Emile Hirsch, également digne de louanges.

 

Ce qu’il faut rappeler avant tout, c’est que malgré son esthétisme vintage, « Killer Joe » est un film moderne dont l’intrigue se déroule à notre époque. Il est d’ailleurs curieux de s’apercevoir comment le cinéaste nous prouve cela en cours de film par la présence d’un poster de Justin Bieber sur le mur d’une chambre. Une subtilité croustillante et une idée de cinéma plutôt inventive, ne faisant donc pas tomber le long-métrage dans un côté trop téléphoné. Le film contient une ambiance assez particulière hachée aux petits oignons. Le sexe et la violence suintent à outrance dans « Killer Joe » mais ils sont traités avec une stylisation dès plus sidérantes. On irait même jusqu’à y trouver une patte très Tarantino, en plus abrupt bien entendu. Le scénario est également un des points forts du long-métrage puisqu’il réussit à surprendre son spectateur et se montre captivant de minute en minute. La beauté cinématographique de ce film est tellement immense qu’on ne veut pas en perdre une miette. Nous savourons donc ces dialogues qui font mouche, qui s’avèrent au final, assez ambigus dans l’ensemble. En effet, sont-ils ironiques ou très sérieux ? On se pose encore la question après vu le film. Cette tension omniprésente qui accroche le spectateur à son siège arrive à son paroxysme grâce à cette longue et magistrale scène finale. Tous les sentiments que l’on peut ressentir au cinéma répondent tous présents. La peur, la colère, la peine : Rien ne manque ! Un moment unique qui s’inscrit comme un des plus beaux que l’on aura vu cette année, et un des plus choquants ( la séquence de l'aileron de poulet est très éloquente ). La maitrise de l’atmosphère patibulaire est à son comble, les acteurs sont brillants et les dernières secondes bouleversantes.

 

20161777

 

« Killer Joe » est un film violent, malsain et un tantinet vicieux mais c’est avant tout une claque incroyable que l’on se prend en pleine figure ! Une œuvre conscience qui maitrise tout ce qu’elle entreprend ! La grande surprise du mois !

 

8/10

 

Morgan.