20182266   - Film réalisé par : Tony Gilroy;


   - Casting : - Jeremy Renner ( Aaron Cross );

                   - Rachel Weisz ( Martha Shearing );

                   - Edward Norton ( Eric Byer );

                   - Scott Glenn ( Ezra Kramer );

                   - Donna Murphy ( Dita Mandy );

                   - Albert Finney ( Albert Hirsch ) ...;


   - Sorti le : 19 Septembre 2012;

   - Genre : Espionnage, Action, Thriller;

   - Nationalité : Américain;

   - Durée : 2h16;

 

 

 

   - Synopsis : On croyait tout connaître de l'histoire de Jason Bourne et de son passé d’agent tueur malgré lui. Mais l’essentiel restait à découvrir. Le programme Treadstone dont Jason était le cobaye n’était que la partie émergée d’une conspiration plus ténébreuse, ourdie par d’autres branches du gouvernement et mettant en jeu d’autres agences de renseignement, d’autres programmes militaires, d’autres laboratoires secrets … De Treadstone est né "Outcome", dont Aaron Cross est un des six agents. Sa finalité n’est plus de fabriquer des tueurs, mais des hommes capables d’assurer isolément des missions à haut risque. En dévoilant une partie de cette organisation, Jason laissait derrière lui un "héritage" explosif : compromis, les agents "Outcome" sont désormais promis à une liquidation brutale. Effacés à jamais pour que le "père" du programme, le Colonel Byer puisse poursuivre ses sinistres activités. Une gigantesque chasse à l’homme commence, et Cross, devenue sa première cible, n’a d’autre recours que de retrouver et gagner la confiance de la biochimiste d’"Outcome", Marta Shearing, elle-même menacée de mort.

 

 


 

 

- Critique :

 

 

Après la trilogie « Jason Bourne » avec Matt Damon en tête d’affiche, la franchise est de retour avec un nouvel opus changeant plus ou moins la donne. Au programme : Un nouveau réalisateur, un nouveau casting et donc un nouveau héros. La recette est-elle toujours efficiente ?

 

20183922

 

Rappelons-le, la saga « Jason Bourne » avait apporté du sang neuf au cinéma d’espionnage à l’heure où les « James Bond » commençaient à tourner à vide ( un défaut qui risque d’être corrigé grâce au très prometteur « Skyfall » ). Un renouveau pour ce genre qui incluait une trame scénaristique ciselée et complexe, des personnages construits ainsi qu’une frénésie assez novatrice vis-à-vis des séquences d’actions spectaculaires. En clair, une franchise assez marquante sans doute culte et ce, malgré un troisième opus assez décevant. Force est de constater pour le spectateur adepte des aventures de Jason Bourne que la brillante recette qui faisait des étincelles durant les précédents films est ici fantomatique. On irait même jusqu’à dire qu’il n’y a ni la pugnacité et ni l’efficacité des Jason Bourne tellement le gout est différent et malheureusement désagréable. Même si le scénario fait référence à la trilogie, moyennant quelques apparitions photos de Matt Damon ainsi qu’un scénario cherchant très difficilement voire ridiculement à faire la jonction avec ce film, le spectateur n’est jamais captivé ! Ce nouveau héros est incarné par Jeremy Renner qui, malgré la pléthore de défauts scénaristiques et techniques, tire adroitement son épingle du jeu. S’il ne réussit pas à nous faire oublier notre cher Matt Damon, il campe un action-man dont le jeu se révèle presque à la hauteur de ce dernier. Le charisme ne manque pas et la crédibilité du jeu également. Cependant, on regrettera un personnage beaucoup moins travaillé et donc moins attachant que Mr.Bourne. La fabuleuse Rachel Weisz est également de la partie. Si le talent de cette comédienne est plus qu’irréfutable, nous mettrons un grand bémol quant à la qualité et à l’utilité de son personnage qui n’est autre que l’éternelle sangsue - mais très élégante et avec un peu d’intelligence - de service, qui accompagnera le héros durant ses tribulations. On notera également Edward Norton en patriotique manipulateur dont la futilité du rôle est égale à cette dernière. Somme toute, le film se montre extrêmement maladroit quant à la profondeur de ses personnages, ce qui le différencie grandement de la trilogie originale, dans le mauvais sens du terme.

 

Le plus agaçant dans ce « Jason Bourne : L’Héritage », c’est son scénario ! Le spectateur devra faire preuve d’une grande patience pour supporter les 30 premières minutes qui ne sont qu’une avalanche de clichés. Un décor plus que moyen, une psychologie abstraite et un ennui dès plus écrasants. Quoi de plus orignal que de montrer l’entrainement physiquement du héros dans un pays où le froid glacial règne ? Ce dernier affrontera la neige et les loups et se retrouvera grandit et donc fin prêt à l’action ! On pensait être débarrassé de ce postulat éculé, mais le réalisateur ne semble pas convaincu de cela et décide de nous marteler l’esprit avec cette ineptie abyssale. Si le contenu de cette histoire d’espionnage peut nous sembler alambiqué au départ à cause d’une utilisation excessive de termes politico-scientifiques, soyez-en rassurés, nous avons affaire à une trame prosaïque dont le niveau de réflexion est aussi bas que la qualité du long-métrage. Un résultat contradictoire par rapport aux précédents films, eux qui poussaient une certaine recherche psychologique ancrée dans un décor politique palpitant. Sachant que ce film ne nous fera pas méditer, il ne reste plus qu’à jouer l’ultime carte à savoir les scènes d’actions. Aussi spectaculaires soit-elles par moment, elles sont bel et bien en dessous de la virtuosité de Paul Greengrass dont la caméra épileptique - reprochée par certains - apportait une intensité captivante ! On se retrouve face à des séquences répétitives qui n’ont rien d’originale et nous ennuient plus qu’elles nous intriguent. La séquence finale se déroulant aux Philippines ne déroge pas la règle et se montre profondément ennuyeuse et incohérente ! Si le film ne se prenait pas autant au sérieux, il nous serait plus facile d’apprécier le spectacle fait de courses poursuites invraisemblables et de combats musclés. Mais ce film est tellement grandiloquent et aride que le spectateur n’a qu’une hâte, qu’il cesse au plus vite.

 

20196855

 

Au final, ce nouveau « Jason Bourne » est on ne peut plus superficiel ! N’a d’intérêt que Jeremy Renner en homme d’action efficace comme il l’avait été dans le brillant « Mission : Impossible - Protocole Fantôme ». Excepté ce détail, vous pouvez allègrement passer votre chemin et revoir la trilogie avec Matt Damon qui est plus bien profonde et réussie ! « Jason Bourne : L’Héritage », n’est qu’une triste coquille vide et on espère sincèrement un retour de Paul Greengrass et de Matt Damon à l’avenir !

 

3,5/10

 

Morgan.