20239211   - Film réalisé par : Rian Johnson;


   - Casting : - Joseph Gordon-Levitt ( Joe );

                   - Bruce Willis ( Joe âgé );

                   - Emily Blunt ( Sara );

                   - Paul Dano ( Seth );

                   - Jeff Daniels ( Abe );

                   - Piper Perabo ( Suzie ) ...;


   - Sorti le : 31 Octobre 2012;

   - Genre : Science-Fiction, Action;

   - Nationalité : Américain, Chinois;

   - Durée : 1h50;

 ( Film avec avertissement )

 

 

   - Synopsis : Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les "Loopers") les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille …

 

 


 

 

- Critique :

 

 

Film très attendu par les spectateurs avides du cinéma de science-fiction, « Looper » nous promettait un traitement narratif original dans un cadre futuriste maitrisé. Film totalement loupé ou objet fascinant ?

 

20257971

 

Une chose est sûre, le postulat de base suscitait tous les intérêts les plus divers. Dans un futur proche, la mafia a mis au point une machine à remonter le temps qui permet de réexpédier des témoins gênants dans le passé afin de les assassiner. Voici un excellent pitch pour un film de science-fiction c’est indéniable. Au casting, le charismatique Joseph Gordon-Levitt répond présent ! Il serait difficile de ne pas reconnaitre la puissance de son jeu car elle est tout simplement sidérante. Si son visage maquillé à outrance afin d’avoir les traits faciaux de Bruce Willis nous perturbent dès le départ car elles laissent planer le doute quant au fait de cerner les émotions du personnage, nos aprioris redescendent petit à petit au fil du long-métrage car cet acteur nous livre une performance assez spectaculaire. Le spectateur n’a pas l’impression de voir un faux mime de Bruce Willis mais bel et bien un comédien qui maitrise son talent de jeu ! Bruce Willis, que l’on avait vu récemment dans le passable « Moonrise Kingdom » et que l’on retrouvera avec plaisir dans le cinquième volet de « Die Hard », nous fait le bonheur d’être au casting. Cela faisait longtemps que cet acteur - qui commençait à se perdre dans des films médiocres ces dernières années - avait été aussi remarquable. Un action-man toujours aussi efficace mais surtout une densité émotionnelle à souligner tellement elle est admirable. Nous retrouvons également Emily Blunt, qui laisse de côté ses rôles de romances mièvres afin de se diriger vers un chemin plus riche en action. Elle n’est pas toujours juste lorsqu’elle tient une arme, mais globalement, sa prestation ne montre pas une pléthore de failles. Enfin, nous nous ferons un plaisir de revoir à l’écran Jeff Daniels, acteur profond et compétent. Nous n’en dirons pas autant de Piper Perabo, dont l’apparition est aussi maigre que le talent de la comédienne.

 

« Looper » pose son intrigue dans un univers travaillé avec soin. Un budget peu conséquent ( 30 millions de dollars seulement ) qui donne au film un aspect vintage réjouissant. Effectivement, les effets spéciaux peuvent paraitre datés à l’œil nu, mais c’est justement cette culture évidente de cette vieille école qui donne à ce film cette singularité mémorable. Nul besoin d’un excès de numérique, mais juste des idées scénaristiques cohérentes ainsi que d’une patte cinématographique. Ce Rian Johnson, cinéaste très peu connu du grand public, signe un coup de maitre absolu. Le scénario a semble-t-il été consciencieusement écrit. On craignait une trame complexe voire prétentieuse mais bien heureusement, le film est bien loin de tout cela. Il n’hésite pas à aborder des thématiques variées comme la politique d’un gang mafieux, l’amour, la mort, la famille ou bien l’auto réflexion sur sa propre vie. Tous ces sujets sont abordés avec tact et légèreté, même si une des répliques finales n’échappe pas à la mièvrerie. Le tout étant fabuleusement orchestré, on pardonne allègrement cette petite contrainte. Graphiquement, on peut d’emblée qualifier le long-métrage comme renversant ! Après « Skyfall » qui était un moment de cinéma épique quant au programme d’action, « Looper » obtient lui aussi une place bien méritée dans cette catégorie. Esthétisme à la limite du suranné et scènes d’actions  épurées cadencées avec génie sont les maitres mots de ce film qui est somme toute un croisement certain entre la virtuosité d’écriture de « Matrix » et la prouesse visuelle de « Blade Runner » autrement dit : Une fusion parfaite entre le cinéma d’antan et le modernisme.

 

20241148

 

Au final, on pensait que « Looper » serait un produit Américain tout ce qu’il y a de plus archaïque à l’heure où le cinéma à tendance à manquer d’innovation, mais c’est avant tout une véritable déclaration d’amour pour le cinéma de la science-fiction. Un film qui donne envie d’aller découvrir ou redécouvrir sans plus tarder les films phares de ce genre. Une des perles de cette année, de quoi ravir les spectateurs les plus cinéphiles !

 

8,5/10

 

Morgan.