20278941   - Film réalisé par : Bill Condon;


   - Casting : - Kirsten Stewart ( Bella Cullen );

                   - Robert Pattinson ( Edward Cullen );

                   - Taylor Lautner ( Jacob Black );

                   - Billy Burke ( Charlie Swan );

                   - Peter Facinelli ( Carlisle Cullen );

                   - Elizabeth Reaser ( Esme Cullen ) ...;


   - Sorti le : 14 Novembre 2012;

   - Genre : Fantastique, Romance;

   - Nationalité : Américain;

   - Durée : 1h55;

 

 

 

   - Synopsis :  Après la naissance de sa fille Renesmée, Bella s’adapte peu à peu à sa nouvelle vie de vampire avec le soutien d’Edward. Se sentant menacés par cette naissance d’un nouveau genre, les Volturi déclarent la guerre à la famille Cullen. Pour préparer leur défense, les Cullen vont parcourir le monde pour rassembler les familles de vampires alliées et tenter de repousser les Volturi lors d’un ultime affrontement.

 

 

 



 

- Critique :

 

 

Après avoir sévi pendant quatre ans sur nos écrans, la franchise bien connue pour être un exemple de produit mercantile et paresseux à savoir « Twilight » prend fin dans ce cinquième opus. C’est donc sans une once de regret que le trio le plus ennuyeux que l’on a vu ces dix dernières années nous dit au revoir.

 

20275979

 

Qu’on se le dise tout de suite, ce final est un monument de platitude en terme de scénario mais s’autorise quelques libertés à souligner dont une particulièrement jouissive à la surprise générale. Au casting, tout le monde a été rappelé pour ce dernier clap ( ou dernier croc ). Les trois comédiens amorphes sont bien entendu toujours présents. Kristen Stewart, qui après le pathétique « Blanche-Neige Et Le Chasseur » et le pesant « Sur La Route », revient nous faire une brillante démonstration de la mono-expression au plus loin. Cette fois-ci, son personnage n’est plus une godiche au cœur amoureux mais une vampire guerrière prête à tout pour défendre sa progéniture. Le côté action-girl ne semble pas être son fort et nous fait regretter la sensualité galvanisante de Kate Beckinsale dans cette saga imparfaite qu’est « Underworld » dont le premier volet était tout à fait merveilleux.  Elle est toujours accompagnée de l’apathique Robert Pattinson, qui avait été assez juste dans « Cosmopolis » mais qui retrouve ici sa mollesse artistique et son charisme de poulpe. Enfin, Taylor Lautner vient compléter cette palette d’expressions absentes en se contentant seulement de retirer son t-shirt afin de faire frémir un public bien précis. Quant au reste du casting, la direction des comédiens a été réduite au néant le plus absolu. Les personnages peinent à exister et à se montrer un tant soit peu captivants. Des visages numérisés à outrance qui semblent bel et bien dissimuler toute émotion recherchée. Constant dans la faiblesse psychologique et émotionnelle, ce nouveau « Twilight » essaye malgré tout de se démarquer de ses prédécesseurs en adoptant un profil moins mièvre mais cependant toujours aussi vain malheureusement.

 

Ce qui est une bonne nouvelle, c’est que le long-métrage ne se sert pas de la 3D ! Ceci étant la face cachée de l’iceberg car la réalité des choses est bien plus horrible qu’on le pense. Un budget conséquent - 120 millions de dollars - au profit d’effets techniques vomitifs. Le spectateur - non fervent admirateur de la franchise - ne peut qu’être ébahit d’une telle négligence technique. Des décors édulcorés sans réel onirisme, des effets spéciaux à la limite du désuet jusqu’à un bébé tout en numérique ( on espère une mauvaise blague du réalisateur ) : Tout est laid, rien n’est maitrisé, excepté un générique d’introduction efficace. Peut-on vraiment parler d’un scénario dans cette saga ? Si ce dernier n’était qu’un prétexte pour un message sous-jacent sur la sagesse sexuelle et autres codes éthiques mormons, il est rassurant de voir qu’il est ici très en retrait étant donné que nos deux héros préférés sont passés à l’acte durant le précédent volet. Ici, place à la liberté sexuelle la plus pudibonde du monde ! La caméra comme à son habitude évite tout moment qui serait trop explicite aux yeux des inconditionnels - plutôt inconditionnelles - de la franchise. Une règle d’or que les producteurs ont suivi avec assiduité durant ces années d’hystéries collectives. Malgré tout, cette bouillie cinématographique contient une qualité digne qui est un twist final totalement jouissif intervenant juste après la bataille finale clichée à souhait composée de combats maladroits, d’un manichéisme certes très appuyé mais grotesque et surtout d’une fausse musique homérique. Les fans sortiront dépité et agacé de la séance suite à ce retournement de situation c’est indéniable, mais les réfractaires y verront comme une vengeance grinçante de la part des producteurs. En effet, jusqu’au bout, la possibilité d’un final épique avait été envisagée. La machine à promotion faite de Tweets et autres éloges éphèbes sur les réseaux sociaux avaient tendance à survendre le film et ce final démontre qu’en presque  4 ans de crimes abominables contre la cinéphilie, « Twilight » a été, est et restera une avalanche de stéréotypes ancré dans une trame scénaristique pauvre et risible. Pourtant, « Twilight » avait un potentiel dramatique certain qui n’a malheureusement jamais été exploité. Cette franchise a sombré dans la commercialité à son paroxysme !

 

20214074

 

En conclusion, ce final est d’une tristesse abyssale mais bénéfice d’un moment de grâce audacieux et efficient car très sadique. Les vampires n’auront jamais été aussi inintéressants que dans « Twilight » et le simple fait de voir cette crétinerie prendre fin était un véritable bonheur. Purge terminée, purge débarrassée ! « Twilight Chapitre 5 : Défécation » !

 

3/10

 

Morgan.