20323482

 

- Film réalisé par : Franck Khalfoun;

 

- Casting : - Elijah Wood ( Frank );

                - Nora Arnezeder ( Anna );

                - America Olivo ( Mère de Frank );

                - Liane Balaban ( Judy );

                - Sammi Rotibi ( Jason );

                - Morgane Slemp ( Jenna ) .....;

 

- Genre : Horreur, Thriller, Policier;

- Nationalité : Français;

- Durée : 1h28;

( Film Interdit Aux Moins De 16 Ans )

 

 

- Synopsis : Dans les rues qu'on croyait tranquilles, un tueur en série en quête de scalps se remet en chasse. Frank est le timide propriétaire d'une boutique de mannequins. Sa vie prend un nouveau tournant quand Anna, une jeune artiste, vient lui demander de l'aide pour sa nouvelle exposition. Alors que leurs liens se font plus forts, Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille. Au point de donner libre cours à une pulsion trop longtemps réfrénée - celle qui le pousse à traquer pour tuer.

 

 


 

- La Critique :

 

Remake du film de William Lusting sorti en 1980, « Maniac » est cette fois-ci réalisé par un certain Franck Khalfoun mais surtout produit par Alexandre Aja, un des rares cinéastes actuels à livrer des films horrifiques de qualités. Un film présenté à Cannes hors-compétition et qui était précédé de critiques plutôt élogieuses.

 

20328712

 

Nous pouvions craindre sérieusement un énième remake, mais soyons honnêtes dès le départ, ce « Maniac » version 2013 est une excellente nouvelle pour le genre horrifique. Ce dernier commençant sérieusement à pâlir d’inventivité et d’efficacité, c’est à la surprise générale que ce petit film coup de poing vient nous percuter de plein fouet en ce début d’année. Si le long-métrage répond présent quant à ce gore outrancier et poisseux, il parvient surtout à redynamiser le genre grâce à sa mise en scène brillante qui ne ressemble à rien de ce que l’on a pu voir sur nos écrans depuis un très long moment. Au casting, une figure bien connue par tous les fans du « Seigneur Des Anneaux » étant donné qu’il s’agit d’Elijah Wood. Laissant tomber son costume de Hobbit, le voici dans la peau d’un psychopathe schizophrène dont le vice le plus pervers est de scalper des femmes dans les façons les plus violentes qui existent. Indéniablement, on ne retiendra que cet acteur dans ce film. Son visage à la fois angélique et traumatisé ainsi que son regard attachant mais aussi froid provoquent chez le spectateur un sentiment de confusion émotionnelle permanent. Un sentiment étrange nous envahit au fil de la projection à savoir que nous ressentons à la fois une certaine compassion envers ce garçon alors que d’un point de vue éthique, il est tout ce qu’il y a de plus répugnant. Mais sa fragilité et son humanité finalement sont tellement touchants que nous sommes vite attachés à ce personnage morbide. Nous devons cette qualité à la fois à l’acteur principal qui s’est visiblement surpassé et nous sidère de bout en bout, mais c’est surtout grâce à un procédé technique original dans le paysage cinématographique actuel que le film puise sa force.

 

Si « Maniac » ne parvient pas à toucher la perfection faute d’un scénario plus construit, inattendu et alambiqué ( somme toute à la hauteur de son personnage principal ), sa mise en scène quant à elle est une véritable démonstration technique d’une virtuosité stupéfiante. En effet, cette caméra flottante représente les yeux de ce tueur sordide. Non il ne s’agit pas d’un found-footage pauvre, mais bel et bien d’une idée de cinéma magnifique et qui avait pour but de faire ressentir au spectateur les diverses émotions du personnage principal. Une idée exécutée avec succès ? La réponse est oui ! Nous sommes donc totalement omniscient à la fois vis-à-vis de ses actes, mais aussi sur ses sentiments et c’est grâce à cela que le film parvient à nous captiver malgré un ou deux moments de relâche. C’est sans aucune anicroche que le spectateur adhère totalement à ce parti pris, et ce dès les premières minutes du long-métrage. Après une séquence de meurtre frontale, le titre apparait d’une façon on ne peut plus brutale et assommante afin de donner le ton très glauque du film. Une ambiance patibulaire et assez psychédélique ancrée dans une esthétique très vintage dès plus maitrisées. C’est entre autres grâce à cette photographie sombre et somptueuse ainsi qu’à sa bande originale pop-rétro que le film relève assurément un défi presque impossible aujourd’hui à savoir : Etre un film d’horreur réussi ! Il serait inutile de le préciser, mais les âmes les plus sensibles seront priées de s’abstenir car « Maniac » nous réserve son lot de séquences éprouvantes à la fois visuellement et psychologiquement.  Entre les cris, le sang ou bien encore le vomi, le spectateur n’est jamais épargné et se doit d’avoir l’estomac très solide afin de supporter cet électrochoc.

 

20328691

 

En conclusion, « Maniac » est une performance technique remarquable ! Si le scénario est parfois imparfait et ne manque pas de nous lasser, ce petit défaut est vite rattrapé grâce à son environnement noir travaillé avec talent. Gore à souhait mais jamais gratuit, un film ambitieux à la mise en scène magistrale. Une belle surprise !

 

7,5/10

 

Morgan.