Enfance Clandestine - Bijou Expédié D'Argentine ! [ Critique ]

20532313

 

- Film réalisé par : - Benjamin Avila;


- Casting : - Ernesto AlterioOncle Beto );

                - Natalia Oreiro ( Charo );

                - César Troncoso ( Daniel );

                - Christina Banegas ( La grand-mère );

                - Teo Guttierez Moreno ( Juan );

                - Benjamin Avila ( Interrogateur ) .....;

 

- Sorti le : 08 Mai 2013;

- Genre : Drame;

- Nationalité : Espagnol, Argentin, Brésilien;

- Durée : 1h50;

 

 

- Synopsis : Argentine, 1979. Juan, 12 ans, et sa famille reviennent à Buenos Aires sous une fausse identité après des années d’exil. Les parents de Juan et son oncle Beto sont membres de l’organisation Montoneros, en lutte contre la junte militaire au pouvoir qui les traque sans relâche. Pour tous ses amis à l’école et pour Maria dont il est amoureux, Juan se prénomme Ernesto. Il ne doit pas l’oublier, le moindre écart peut être fatal à toute sa famille. C’est une histoire de militantisme, de clandestinité et d’amour. L’histoire d’une enfance clandestine.

 

 


 

- La Critique :

 

Film Argentin présenté à la quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2012, « Enfance Clandestine » raconte la dictature militaire de l'Argentine en 1979 à travers les yeux d'un jeune enfant, vivant auprès de ses parents sous une fausse identité et surtout dans la peur d'un danger futur. Un enfant qui devra faire face à la menace qui plane ainsi qu'à ses premiers émois amoureux. Ce film, à la fois plein de tendresse et pertinemment didactique ne laisse pas indifférent par sa mise en scène efficace et parfois inattendue.

 

20106543

 

« Enfance Clandestine » démarre de façon originale puisque l'on y découvre une scène très violente qui est celle de la famille de ce jeune Juan attaquée par les forces de l'ordre. Plutôt que d'oeuvrer pour un hors-champs ou alors d'être frontal sur les événements au point de déranger le spectateur, le réalisateur a eu la brillante idée que d'intégrer à son long-métrage une séquence découpée par des vignettes de bandes dessinées. Une idée intelligente, qui parvient tout de même à nous faire ressentir la brutalité de ce que l'on entend grâce au montage sonore incroyable. A ce moment-là, le postulat du film vu à travers les yeux d'un enfant paraît complètement maîtrisé car on sait à l'avance que les moments du film les plus virulents à l'oeil seront édulcorés – comme dans la tête d'un enfant finalement – par le biais de ce procédé génial de mise en scène. « Enfance Clandestine » est également une oeuvre aux acteurs magistraux. Le jeune Teo Guttierez Moreno, personnage principal du long-métrage est absolument remarquable. Ernesto Alterio en oncle idéal, offrant des belles leçons de vies à son neveu est drôle et émouvant. La maman est interprétée par la radieuse Natalia Oreiro tandis que la grand-mère est tenue par Christina Banegas, une actrice sidérante de talent et bouleversante. Au final, nous sommes pris d'affection voire d'amour pour cette famille au sort incertain. Le réalisateur Benjamin Avila fait passer le spectateur par toutes les émotions possibles grâce à son magnifique traitement des personnages. Il semble avoir un regard de bonne qualité envers ses acteurs qu'il filme de manière sublime. Il utilise des plans très bien pensés comme les gros plans sur les yeux, une vue subjective parfois qui apportent au film une authenticité très probante. Jamais lacrymal, « Enfance Clandestine » ne boude malgré tout pas les instants émouvants à souhait, non pas pour créer du pathos gratuit, mais pour davantage nous intégrer à la dureté des conditions de vies de cette petite famille soudée. Cependant « Enfance Clandestine » n'est pas qu'une simple chronique politique, c'est également un film tendre au possible car à côté de cela, Benjamin Avila traite aussi des premiers sentiments amoureux du jeune garçon. Grâce à ce postulat, le long-métrage y gagne beaucoup en légèreté car elle amène à des scènes d'une fraîcheur inouïe, mais toujours avec une tension viscérale très forte puisque l'on sait que la vérité peut éclater à tout moment.

 

20106540

 

En conclusion, « Enfance Clandestine » est un petit bijou à découvrir de toute urgence. Une œuvre puissante et maîtrisée, qui ne souffre jamais ni d'un surplus de bons sentiments ou de didactisme. Un film magnifique aux comédiens lumineux et surtout à la réalisation ingénieuse. Une perle !

 

8,5/10

 

Morgan.

 

 

 

 

 

Posté par SerialCinephile à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Enfance Clandestine - Bijou Expédié D'Argentine ! [ Critique ]

Nouveau commentaire