26 août 2012

Total Recall Mémoires Programmeés - Non-Recalé [ Critique ]

20176123    - Film réalisé par : Len Wiseman;


    - Casting :  - Colin Farrell ( Douglas Quaid );

                     - Kate Beckinsale ( Lori );

                     - Jessica Biel ( Melina );

                     - Bryan Cranston ( Vilos Cohaagen );

                     - John Cho ( McClane );

                     - Bill Nighy ( Matthias Lair ) ...;

 

    - Sorti le : 15 Aout 2012:

    - Genre : Science-Fiction, Action;

    - Nationalité : Américain, Canadien;   

    - Durée : 2h01:

 

 

 

    - Synopsis :  Modeste ouvrier, Douglas Quaid rêve de s’évader de sa vie frustrante. L’implantation de souvenirs que propose la société Rekall lui paraît l’échappatoire idéale. S’offrir des souvenirs d’agent secret serait parfait… Mais lorsque la procédure d’implantation tourne mal, Quaid se retrouve traqué par la police. Il ne peut plus faire confiance à personne, sauf peut-être à une inconnue qui travaille pour une mystérieuse résistance clandestine. Très vite, la frontière entre l’imagination et la réalité se brouille. Qui est réellement Quaid, et quel est son destin ?

 

 


 

 

- Critique :

 

 

22 ans après « Total Recall » de Paul Verhoeven , les studios Hollywoodiens ont décidé de sortir sur nos écrans un remake signé Len Wiseman.

 

20182954

 

A la première impression, la crainte était bel et bien présente ! En effet, Len Wiseman s’était aujourd’hui inscrit comme étant un réalisateur assez douteux. Si sa franchise « Underworld » contenait des qualités à souligner, mais qui se révélaient somme toute inégales suivant les opus, il était surtout le responsable du massacre de la saga « Die Hard » à cause d’un quatrième volet médiocre en tous points. Une chose était indéniable, il était presque impossible d’être digne du film sorti en 1990. Cependant, lorsque l’on regarde ( et que l’on essaye tant bien que mal de comparer les deux œuvres ), on se rend très vite compte que les deux se valent allégrement tellement le traitement de l’histoire est différent entre les deux films. Certes la base même de l’histoire est identique tout comme les personnages, mais Len Wiseman s’autorise une relecture plus personnelle et qui ne sent pas le côté réchauffé des remakes qui polluent nos salles de cinéma depuis bon nombre d’années. Au casting, nous retrouvons Colin Farrell qui remplace donc le mythe Arnold Schwarzenegger. Le moins que l’on puisse dire, c’est que sa prestation est très honnête et ne manque pas de profondeur. Un acteur qui se faisait rare dans le genre blockbuster et le spectateur s’attache très facilement à son personnage. Une fois encore, une comparaison quant à la préférence de jeu entre ce dernier et Schwarzenegger serait totalement vaine. Il est accompagné de Kate Beckinsale qui montre en elle un talent d’action-girl orgasmique et idéal ! Elle parvient à apporter à son personnage une espièglerie croustillante et une brutalité jouissive. Indubitablement, elle est le meilleur élément du film et tout le long-métrage tient surtout grâce à son regard perçant, ses acrobaties renversantes et ses répliques grinçantes. Jessica Biel vient compléter ce tableau et bien qu’elle ne soit pas mauvaise comme on aurait pu le croire, est un tantinet fade face à Kate « Amazing » Beckinsale. Dans sa globalité, le trio fonctionne sans accros.

 

Pour ce qui est du scénario, ce « Total Recall » ne ment pas sur la marchandise de son programme d’action. Outre les séquences calibrées à la testostérone composées d’explosions et de combats en tous genres réjouissants, le film contient une certaine réflexion inattendue sur la politique d’un pays - voire d’un monde - en décadence. Nous n’attendions évidemment pas Len Wiseman pour nous livrer un point de vue pertinent soyons honnête, mais le discours n’est ni trop appuyé, ni frivole ce qui aide davantage le spectateur à accepter sans encombre cette morale. Visuellement, le film est un tableau de références. De « Matrix » à « Blade Runner » en passant par « Inception » et « Minority Report »,  tous les classiques - ou presque - de la science-fiction ne manquent pas au rendez-vous. Il faut avant tout préciser qu’il ne s’agit pas d’hommages hypocrites comme on en voit trop souvent dans le cinéma moderne, mais bel et bien de supports cinématographiques ayants été des sources d’inspiration pour le cinéaste quant à la réalisation de son long-métrage. Autant dire que cela fait un bien fou que de voir un blockbuster Américain qui ne cherche pas à se montrer plus intelligent que son spectateur et se contente de nous livrer une trame efficace au profit d’effets spéciaux captivants : voilà ce qu’est réellement « Total Recall : Mémoires Programmées ».

 

20209526

 

Au final, ce remake ne cherche ni à faire de l’ombre à l’œuvre de Paul Verhoeven mais se montre à la hauteur de ce dernier reconnaissons-le - à deux ou trois détails près - tant les deux films sont différents. Len Wiseman n’est en rien un tâcheron comme on peut l’entendre à la surprise générale. Il s’agit d’un cinéaste avec ses défauts mais qui peut livrer un film on ne peut plus honnête et probablement un des meilleurs films que l’on aura vu cet été. Un divertissement tout ce qu’il y a de plus réussi !

 

7,5/10

 

Morgan.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par SerialCinephile à 21:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Total Recall Mémoires Programmeés - Non-Recalé [ Critique ]

  • Salut,
    Le film de science-fiction ne m’a pas réellement captivé… J'en ai vu de meilleurs.

    Posté par Topactufilm, 07 septembre 2012 à 20:20 | | Répondre
Nouveau commentaire